En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies vous permettant de bénéficier d'une navigation adaptée à vos usages et des données correspondant à vos centres d'intérêt. Ces derniers servent également à réaliser des statistiques de visites.

Le club des lecteurs se réunit une fois par mois le vendredi de 18 h à 20h et vous propose ses coups de cœur.

Étaient présents Annie, Chantal, Catherine, Olivier, Maryse, Marie-Louise, Stéphanie, Elyane et Mirentxu.

OPAC Détail de notice

Elyane a aimé le dernier roman de Edna O'Brien, Girl, présenté lors d'une précédente rencontre. Ce roman, inspiré de l'enlèvement de jeunes filles par Boko Haram, est éprouvant mais intéressant. Stéphanie, qui l'a lu également ce mois-ci, confirme le talent de l'auteur à dépeindre l'horreur.

 OPAC Détail de notice

 

Le coup de coeur d'Elyane va à La femme de l'allemand, roman de Marie Sizun, auteur que nous aimons beaucoup au sein du club des lecteurs. En 1942, une jeune bourgeoise est séduite par un allemand. De cette union passagère naît une petite fille qui, au fil des années, va observer sa mère perdre pied puis la tête. Ce roman, très psychologique, décrit un mélange d'amour fusionnel et de détestation et se lit comme un policier. A dévorer.

 

OPAC Détail de notice

 

Pamina, la narratrice de Les grands cerfs de Claudie Hunzinger, vit avec son compagnon dans une métaierie pour être au plus près de la nature. Alors qu'elle rentre d'une conférence un soir, elle voit dans ses phares un grand cerf. Dès lors, elle va se passionner pour la vie des cerfs et se rapprocher de Léo, photographe animalier. Elle est subjuguée par le côté sauvage de ces animaux majestueux et passe des jours à attendre dans un affût. Maryse a trouvé ce livre très bien écrit, poétique, quoique un peu long parfois. Sylvie, quant à elle le conseille vivement. Elle en a beaucoup aimé le rapport à la nature et les réflexions de l'auteur sur la place que la nature doit reprendre.

 

OPAC Détail de notice

 

Maryse s'est également intéressée au portrait de Vivian Maier que dresse Gaëlle Josse dans son dernier roman Une femme en contre-jour. L'auteur s'est appuyée sur les écrits et les recherches d'un agent immobilier qui avait retrouvé photos et papiers. Vibvian Maier était une nourrice, à la personnalité ambivalente, née en 1926 à New York et dont le travail de photographe de rue a été découvert après sa mort lui apportant la célébrité à titre posthume. Avec beaucoup d'empathie et une écriture fluide, l'auteur nous fait découvrir cette femme qui a toujours voulu rester anonyme.

 

 OPAC Détail de notice

 

Marie-Louise recommande chaudement le captivant Les prisonniers de la liberté de Luca di Fulvio.  Rosetta quitte son village peu après la mort de ses parents parce qu'une fille belle, indépendante et rebelle ne peut pas vivre seule au sein d'un petit village italien. Rocco refuse de se soumettre à la mafia qui sévit dans sa communauté sicilienne. Raechel est une jeune juive russe qui a vu sa famille décimée par un pogrom. Tous trois fuient la vie que les autres ont tracé pour eux, la misère et les horreurs pour tenter une vie nouvelle, pleine d'espoir, en Argentine. C'est passionnant et bien écrit.

  

 OPAC Détail de notice

 A l'automne 1959, un avocat algérien proche du FLN est assassiné à Paris avec toute sa famille. Trois personnes vont tenter de retrouver le meurtrier : un policier jeune et naïf, un ancien collabo à la solde de Papon et un ancien résistant corse devenu trafiquant de drogue. Avec ce Requiem pour une république, Thomas Cantaloube a habilement mêlé fiction et réalité politique de l'époque. Marie-Louise a trouvé l'intrigue bien menée et intéressante.

 

OPAC Détail de notice

 

Sylvie a aimé Rhapsodie des oubliés, premier roman de Sofia Aouine. Abad, un jeune libanais de 13 ans, arrivé dans le quartier de la Goutte d'Or, raconte son adolescence et le quotidien de ce quartier où beaucoup de drogues circulent, où la violence est omniprésente. Le roman foisonne de personnages, l'écriture est très rythmée, beaucoup d'émotion affleure. C'est un bon premier roman. 

 

Le vol de la Joconde de Dan Franck (à emprunter sur RéVOdoc) a plu à Catherine. A partir d'un fait divers réel, datant de 1911, l'auteur nous invite à une promenade très documentée et humoristique dans le Paris artistique du début XXe.

 

Catherine a passé un bon moment de lecture avec SMS de Laurent Benegui (à emprunter sur RéVOdoc). Alors que sa maison est inondée, que sa banquière lui annonce un déficit de 200000 euros, qu'il doit récupérer son fils de quatre ans, malade, à l'école, le narrateur se fait agresser et voler son portable. Ce n'est que le début d'une longue succession de mésaventures plus farfelues les unes que les autres. Ce roman léger est distayant et jubilatoire.

 

OPAC Détail de notice

 

 Olivier a aimé l'humour grinçant de La tête de l'emploi de David Foenkinos. Bernard est un homme terne et sans conversation. Tour à tour, sa femme demande le divorce et il perd son emploi. Le voilà sans toit ni ressources, à devoir retourner vivre chez ses parents, pas franchement ravis de l'héberger. Il rencontre la fille d'un quincailler et alors qu'il pense pouvoir retrouver un semblant de bonheur, il s'aperçoit qu'il n'est pas au bout de ses déboires.

 

 OPAC Détail de notice

 

Chantal a lu, à son tour, Un(e)secte De Maxime Chattam, présenté lors du précédent club des lecteurs. Pour rappel il s'agit de l'enquête menée à la suite de meurtres mystérieux laissant les victimes à l'état de squelette, entourés d'insectes. Elle l'a trouvé excellent quoiqu'un peu bavard. Chantal nous précise que ce dernier opus de Chattam est plus grand public que les précédents.

 

OPAC Détail de notice

Annie a terminé sa lecture de Les choses humaines de Karine Tuil qu'elle avait commencé à nous présenter le mois dernier. Annie nous confirme que ce roman, qui a obtenu le prix Goncourt des lycéens en 2019 est une vraie réussite. Malgré un début qui enchaîne les clichés, ce roman recèle une vraie profondeur, met à nu les contradictions humaines, aborde les violences faites aux femmes à travers des personnages attachants, le tout servi par une belle écriture.

 OPAC Détail de notice

Annie a savouré le dernier roman de Eric-Emmanuel Schmitt, Journal d'un amour perdu. L'auteur y raconte son long deuil, suite au décès de la femme qui l'a mise au monde, cette mère, dont la perte le laisse inconsolable. Annie, qui découvrait l'écriture d'Eric-Emmanuel Schmitt, a eu une révélation et un véritable coup de coeur pour ce roman.

OPAC Détail de notice 

 Stéphanie a passé un bon moment à la lecture du grinçant Un peu, beaucoup, à la folie de Liane Moriarty. Un couple impose presque une invitation à un barbecue à ses voisins. Ceux-ci avaient déjà prévu de recevoir leurs amis proches et c'est finalement comme un huis clos à trois couples que va se dérouler le roman. Les secrets, non-dits et insinuations sont légions et la franche camaraderie du début va se transformer en hostilité, la nature humaine n'est pas toujours très belle...L'auteur sait distiller le suspense et l'on passe un bon moment de lecture.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir