Le club des lecteurs se réunit une fois par mois le vendredi de 18h à 20h et vous propose ses coups de coeur.

Etaient présents : Maryse, Elyane, Marie-Louise, Stéphanie, Catherine, Olivier, Françoise et Brigitte et Mirentxu

Beaucoup de coup de coeur ce mois-ci pour les membres du club des lecteurs

 Maryse en a eu deux :

OPAC Détail de notice

Le premier va à 10 minutes et 38 secondes dans ce monde étrange d'Elif Shafak. 

Istanbul, années 90. Le corps d'une prostituée est retrouvé dans une benne à ordures. Pendant les 10 minutes et 38 secondes lors desquelles l'esprit continue à fonctionner après la mort biologique, la vie de la jeune femme va defiler. Leïla est née en Anatolie au sein d'une famille cossue, entourée de son père tailleur et de ses deux épouses. Alors que son frère trisomique meurt, son père s'enferme dans l'extrémisme religieux . Lorsque Leïla est violée, et bien qu'il croie sa fille, ce dernier prend le parti du violeur et organise même le mariage. Leïla est révoltée et fuit pour Istanbul où elle se fait dérober tout son argent et n'a d'autres choix que de devenir prostituée. Elle fait la rencontre de gens formidables et se crée une famille de coeur, composée de parias et de féministes. L'auteur offre un passionnant portrait d'une Istanbul multiple, au travers de nombreuses anecdotes, à la façon des contes et légendes d'Orient. Ce récit, joyeux, tout en émotion et sensibilité est un véritable enchantement.

 

 

OPAC Détail de notice

 Le second coup de coeur de Maryse est pour Vie de Gérard Fulmard de Jean Echenoz. Le héros de ce roman ressemble à tout le monde mais en moins bien et c'est lui qui le dit. Ancien stewart vivant dans un appartement de deux pièces et demie, il est mis à pied et suit des séances de psychothérapie. Il se convertit en détective privé mais se retrouve à son insu l'objet d'une machination, au centre d'un drame sur fond de pouvoir et de passion. Le roman est très drôle, mené tambour battant, les personnages sont tous plus improbables les uns que les autres. Jean Echenoz épingle les travers de notre société : chaînes d'informations en continu, sensationnalisme, politique, gens riches. C'est un roman tonique que nous offre l'auteur dans ce style toujours si particulier.

 

 

OPAC Détail de notice

 

Elyane a lu Douleur de Zeruya Shalev. Israël, de nos jours. Dix ans après un attentat qui l'a laissée meurtrie, Iris tente de vivre une vie de famille la plus normale possible, entre deux adolescents en pleine crise et un mariage qui se délite. Tout bascule, quand elle retrouve son premier amour, Ethan, qui l'avait quittée brutalement. Ils reprennent leurs amours clandestinement. Malgré des thèmes intéressants tels que la culpabilité vis à vis des enfants et les relations parents enfants, le roman est long et poussif. 

 

 

 

OPAC Détail de notice

 

Enorme coup de coeur de Stéphanie pour Octobre, premier roman de Soren Sveistrup, scénariste de  l'excellente série télévisée danoise The Killing. A Copenhague, le cadavre d'une femme est retrouvé, amputé d'une main. Un petit bonhomme fabriqué en marron et en allumettes a été déposé à ses côtés. Les empreintes de la fille de la ministre des affaires sociales, disparue l'année précédente et présumée morte, y sont retrouvés. Deux enquêteurs que tout oppose mènent l'enquête. Excellent polar.

 

 

 

OPAC Détail de notice

Une fois n'est pas coutume, Marie-Louise nous présente son coup de coeur documentaire pour les mémoires de Yves Coppens intitulées Origines de l'homme, origines d'un homme. Le grand scientifique y fait part de ses découvertes et nous parle de l'histoire de l'humanité de manière anthropologique et philosophique. C'est passionnant et accessible.

 

 

 

 

OPAC Détail de notice

 

Autre coup de coeur pour Marie-Louise ce mois-ci : La panthère des neiges de Sylvain Tesson. 

Sylvain Tesson et Vincent Munier partent sur les traces de la panthère des neiges, ce qui offre un prétexte à l'auteur pour nous offrir une magnifique réflexion sur la Vie, la Nature et l'Homme. C'est très bien écrit, ciselé. Magnifique!

 

 

 

 Catherine a également eu un coup de coeur pour Ame brisée de Akira Mizubayashi (à emprunter par RéVOdoc). 

Tokyo, 1938. Trois étudiants chinois et leur professeur japonais se réunissent régulièrement en quatuor pour répéter malgré la menace de la guerre sino-japonaise. Mais un jour, la répétition est brutalement interrompue par des soldats japonais qui embarquent les hommes. accusés de comploter contre l'empire. Le fils du violoniste japonais assiste à la scène, caché dans une armoire. L'un des soldats le découvre mais ne le dénonce pas et lui confie le violon brisé de son père. Le jeune garçon sera adopté par un couple de français et deviendra luthier. Les personnages sont attachants, le texte est lent et magnifique, très poétique. 

Olivier a également apprécié ce livre.

 

 

 En revanche, Catherine a été très déçue par le terrifiant Deux soeurs de David Foenkinos. 

Une jeune professeur est soudainement abandonnée sans explication par son fiancé.Un jour, elle gifle une de ses élèves et perd son emploi. Elle est recueillie par sa soeur qui vient d'avoir un bébé. Les rapports entre les deux soeurs sont conflictuels et l'irréparable se produit.

Le texte se lit facilement mais Catherine a eu beaucoup de peine à s'attacher au personnage principal, glaçant...

 

 

Olivier a lu Les belles ambitieuses  de Stéphane Hoffmann (à emprunter par RéVOdoc, prochainement à la médiathèque).

Amblard est un versaillais, brillant, énarque, venant d'une grande famille, il a tout pour réussir mais il ne veut pas travailler. Ce qui contrecarre toutes les ambitions des femmes qui l'entourent. De la marraine qui régente la famille, à la femme qu'il refuse d'épouser, elles vont tout faire pour le faire rentrer dans le "droit chemin". La guerre des castes au sein des grandes écoles, les relations amoureuses et leur évolution au sein des couples sont particulièrement croustillantes et réalistes. Le texte est enlevé, vif et mordant. Olivier a eu un véritable coup de coeur pour cette satire succulente. 

 

 

 

OPAC Détail de notice

 

Françoise a trouvé Par les routes de Sylvain Prudhomme, qui a pourtant reçu le Prix Femina 2019, particulièrement ennuyant. Un auto-stoppeur collectionne les polaroïds des gens qui l'ont accueilli dans leur voiture. L'écriture est déstabilisante et déroutante, le roman est lent et empli de descriptions inintéressantes.

 

 

 

OPAC Détail de notice

 

Françoise a lu et beaucoup aimé le très attendu Miroir de nos peines de Pierre Lemaître. L'intrigue se situe en France 1940 et offre une belle description de l'exode et une galerie de personnages truculents, certains profitent de la guerre et de la détresse quand d'autres se révèlent humains et généreux. L'écriture est très agréable. Maryse a aussi aimé ce roman.

 

 

 

OPAC Détail de notice

 

Après Le chagrin du même auteur qu'elle avait adoré, Françoise attendait beaucoup de Nous étions nés pour être heureux de Lionel Duroy. Elle a été très déçue de ce roman, dans lequel l'auteur s'excuse auprès de ses frères et soeurs d'avoir détruit sa famille dans un précédent opus. Pour Françoise, il s'agit d'un livre alimentaire, manquant de sincérité et d'âme. 

 

 

 

 

OPAC Détail de notice

 

Françoise a eu un véritable coup de coeur pour l'invention de nos vies de Karine Tuil. 

Un homme s'est inventé une identité et se retrouve piégé par ses mensonges. Dans un style alerte et incisif, l'auteur présente une belle étude sur l'ambition, la discrimination et le monde des affaires.

 

 

 

OPAC Détail de notice

 

Brigitte a eu un véritable coup de coeur pour l'ensemble de la série de l'amie prodigieuse de Elena Ferrante, déjà présentée et diversement appréciée au club des lecteurs.

 

 

 

  

Brigitte, qui est une inconditionnelle de Stephen King, s'est plongée avec délectation dans le très efficace La peau sur les os (à emprunter par ReVOdoc, prochainement à la médiathèque). Un avocat obèse, marié et père d'une petite fille, écrase une vieille gitane. Le mari de cette dernière lui jette un sort : il maigrira. L'ami qui le défendra au tribunal dans le procès au sujet de cet accident sera également l'objet d'un sort : il aura une peau de reptile. Les deux hommes engagent un détective privé afin de retrouver le vieux gitan.

 

 

 

OPAC Détail de notice

Et enfin gigantesque coup de coeur de Mirentxu pour là où chantent les écrevisses de Delia Owens

Caroline du Nord, dans les années 1950 et 1960. La famille de Kya fait partie des gens des marais, ces gens pauvres, méprisés par les bien-pensants et qui viennent en marge de la communauté. Un beau jour, sa mère, puis un peu plus tard, ses frères et soeurs l'abandonnent aux prises avec un père alcoolique et violent. Quand ce dernier l'abandonne à son tour, Kya n'a que dix ans et d'autre choix que de se débrouiller seule.

Roman splendide et lumineux, oscillant entre hymne à la nature et roman policier. Ode à la réflexion et à l'observation, ode à la solitude également, imposée ou choisie. Un de ces livres, que l'on regrette de devoir quitter et qui continue de nous habiter une fois la lecture terminée.