Le Club des lecteurs continue à vous proposer ses avis de lectures, même en période de confinement. Certains des romans présentés sont des livres personnels que la médiathèque ne possède pas. Vous pouvez les emprunter par ReVOdoc dès à présent.

 

 Jean-François a dévoré "Et les vivants aussi" de Barbara Abel (prochainement à la médiathèque), auteur dont nous avions chronique favorablement un précédent opus "Je sais pas". Jeanne est dans le coma. Depuis quatre ans. Toute la vie de la famille gravite autour du corps de la jeune femme. Le jour où le médecin les convoque, ils craignent une mauvais nouvelle, une décision insoutenable à prendre. Ils sont loin du compte...ce sera bien pire que ce qu'ils imaginent. 
Roman noir et thriller psychologique dressant un portrait glaçant des relations humaines. Les bassesses, mensonges, rancoeurs refont surface pour le plus grand plaisir du lecteur. Jean-François recommande vivement!

 

 

OPAC Détail de notice

 

Françoise a été déçue par "la commode aux tiroirs de couleur" de Olivia Ruiz, présenté le mois dernier. Françoise s'est ennuyée. Le récit de vie de la grand-mère de la narratrice manque de profondeur et d'intérêt. La trame est trop centrée sur la vie amoureuse de cette grand-mère fantasque sans qu'on ressente la tragédie qu'elle a vécue et la fin paraît complètement rocambolesque à Françoise.

 

OPAC Détail de notice

Deux "coups de coeur" pour Maryse ce mois-ci.

Le premier va au  premier  roman de Maud Simmonot, "L'enfant céleste" écrit  avec beaucoup de sensibilité et de délicatesse.

Mary vient d'être quittée par son amant sans aucune explication; accablée  par le chagrin, elle sombre dans la mélancolie. Son fils Célian, enfant surdoué  et hypersensible s'ennuie en classe où il subit des brimades. Deux bonnes raisons de quitter Paris. Mary, se souvenant de l'histoire racontée  par son père à  propos de ce savant danois du XVIe siècle, Tycho Brahe, qui fut le premier à cartographier le ciel en créant "le plus grand observatoire  d'Occident, décide de partir sur l'île de Ven au large du Danemark.

A partir de là, alternent les voix de Mary et de Célian, émerveillés par la nature exubérante et la richesse de la faune et de la flore. Mary va surmonter sa souffrance grâce  à  Solveig, sa logeuse et Björn qui lui fait découvrir les" trésors de l'île". Quant à  Célian, il vagabonde en toute liberté, se passionnant pour le  monde vivant qui l'entoure. Un roman court mais très  riche, une île  mystérieuse, "paradis perdu" ou conte poétique? À choisir...

 

 

OPAC Détail de notice

Le second va à "Une rose seule" de Muriel Barbery. Rose, botaniste de quarante ans, arrive à  Kyoto pour  prendre connaissance du testament de son père, Haru, japonais, qu'elle n'a jamais connu et envers qui elle éprouve colère et ressentiment. Mais d'abord elle doit suivre la dernière volonté de Haru, marchand d'art et esthète, et découvrir une partie de la ville en suivant un itinéraire bien précis, accompagnée de l'assistant de son père. A travers douze courts chapitres commençant par un conte oriental, elle va visiter en alternance temples et jardins, passer de maisons de thé en gargotes ou bars, découvrir la culture japonaise. Et Rose, peu à peu, va être "saisie","ravie" littéralement par la beauté la plus extrême des lieux et comprendre tout ce que son père lui a donné à son insu. Le récit d'une métamorphose rythmé par la délicatesse des descriptions, le langage des fleurs et la présence des esprits.

 

 

OPAC Détail de notice

 


Maryse a lu avec intérêt le roman d'Éric Reinhardt : "Comédies françaises", comédies au pluriel car plusieurs intrigues s'entrelacent. Le thème  principal qui les relie est "l'instant décisif", le moment précis où tout peut basculer en positif ou négatif. Le roman s'ouvre sur l'avis de décès du personnage principal Dimitri (né en 1989), reporter à l'AFP, romantique, excessif, idéaliste et "amoureux du hasard" qui va croiser une femme à plusieurs reprises et dans des lieux improbables car éloignés, femme qui devient son obsession. A cette comédie sentimentale se greffe l'intérêt d'Alexis pour les Surréalistes, ce qui permet à l'auteur de montrer comment leur suffisance a promu l'art américain ou comment Max Ernst a pu influencer J. Pollock. Mais le "coeur" du roman est l'enquête menée par Dimitri pour comprendre l'abandon des travaux menant à Internet, et pourquoi les recherches de Louis Pouzin (Le datagramme) ont été arrêtées par le pouvoir en place, dans les années 70, sous l'influence déterminante d'Ambroise Roux. A la fois thriller qui se termine mal, critique acerbe des gouvernements sous domination de grands industriels, de l'impunité régnante, un roman fluide et vif au style "virevoltant",drôle, ironique.

 

 

OPAC Détail de notice

Enfin, Maryse a lu avec plaisir "Fille" de Camille Laurens. Laurence naît  en 1959 dans une famille où l'on attendait un petit Jean-Matthieu : grosse déception, le père ne sait même  pas comment appeler sa deuxième  fille, ce sera Laurence comme un célèbre acteur britannique (Lawrence Oliver), puis lorsqu'on lui demandera , à l'occasion d'un recensement, s'il a des enfants, eh bien il n'en a pas, il a deux filles! Le roman illustre l'évolution de la condition féminine au cours des cinquante dernières années. L'auteure explore avec beaucoup  de justesse ce qu' être une fille implique : habits, jouets, contes de fées, langage, traditions contribuent à créer  un conditionnement, soutenu par la famille et la société, qui ôte toute liberté d'être "différente" car "tout ce qui est féminin déçoit, déchoit". Le mot "fille" soulignant la dépendance  ou un sens négatif. On suit les efforts de l'héroïne qui essaie de construire son identité et de s'affranchir de la toute-puissance masculine...L'auteur varie le ton, de l'ironie à la colère, du tragique à l'humour,dans un style juste et précis.

 

 

OPAC Détail de notice

Christine a aimé "Héritage" de Miguel Bonnefoy

Cette saga familiale débute au 19ème siècle en France et s'y termine également. La France et précisément le Jura est le point de départ du "VIEUX LONSONIER" vigneron malheureux qui devra quitter son pays. On rentre alors dans cette très belle histoire qui nous mène en Amérique Latine, au Chili qui sera le pays d' un nouveau départ pour 3 générations de personnages aux destins aventureux.

L'auteur nous conte l'histoire dans un style très alerte et prenant qui nous fait passer de la réalité historique au rêve. L'histoire des mouvements migratoires de l'Europe vers l'Amérique Latine pour des raisons économique et religieuse , la réalité implacable des 2 guerres mondiales et la dictature de Pinochet, tout cela est évoqué dans le livre. L'auteur s'appuie sur l'histoire, la vraie, pour évoquer en 200 pages les destins de personnages fabuleux avec leurs passions et leurs peines aussi.

Christine a été déroutée par le côté irréel d'un passage du roman (l'auteur a "trop tiré" sur l'imaginaire à son goût !) mais Christine s'est vite laissée reprendre par son indéniable style pictural et poétique qui nous mène à nouveau en France pour clore l'histoire.

 

 

OPAC Détail de notice

 Elyane et Mirentxu ont adoré "Les impatientes" de Amadou Amal Djaïli

Munyal, patience...les femmes n'entendent que ce mot, psalmodié à longueur de temps, de la naissance à la mort. Patience face à ces injustices dont elles souffrent quotidiennement. Elles qui ne choisissent pas leur destin, qui sont soumises au bon vouloir des hommes car "le Paradis d'une femme se trouve au pied de son époux". Ce roman polyphonique nous dresse le portrait de trois femmes à bout de patience, victimes de mariage forcé, viol conjugal, pression sociale et polygamie en Afrique noire de nos jours. Superbe roman d'une grande force. Ce roman se dévore et présente un intérêt aussi bien humainement et sociologiquement.

 

OPAC Détail de notice

Elyane a également aimé "Sara ou l'émancipation" de Carl Almqvist, premier roman féministe suédois écrit au XIXe siècle. Sara est une jeune femme qui a la tête sur les épaules et fait fonctionner son entreprise. A l'occasion d'un voyage en mer, elle rencontre un jeune officier. Sara est une anticonformiste et étonne par son refus définitif du mariage et son désir absolu d'émancipation, détonnant pour l'époque.

 

OPAC Détail de notice

Stéphanie a lu avec intérêt l'enquête menée par Nelly Allard dans "la vie que tu t'étais imaginée". L'auteur part sur les traces d'une fille cachée que Sissi, alors impératrice d'Autriche, aurait eu en Normandie et suit le destin de cette femme. Le livre est plaisant et bien écrit.

 

OPAC Détail de notice

Stéphanie a eu un énorme coup de coeur pour le premier roman de Francesca Serra "Elle a menti pour les ailes". Garance, fille d'une professeur de danse, est donnée favorite au concours de mannequin organisé dans une petite ville du Sud de la France.

Jeune fille solitaire, elle observe un groupe d'adolescents délurés qu'elle rêve d'intégrer. Un jour, elle reçoit une invitation par Instagram pour Halloween et sa vie va basculer. Stéphanie a été fascinée par cette lecture qui dépeint parfaitement l'adolescence. Elle y a retrouvé intactes ses propres émotions, avec toutefois le décalage dû aux réseaux sociaux.

 

OPAC Détail de notice

Autre coup de coeur pour Stéphanie ce mois-ci : "Il était deux fois" de Franck Thilliez

Julie, dix-sept ans, disparaît. Seul son vélo est retrouvé. Son père, lieutenant de gendarmerie, dévasté, se lance à sa recherche. Son enquête va le mener à l'hôtel de la falaise. Le propriétaire, arrangeant, lui propose de s'installer dans la chambre 29 afin d'y consulter les registres à son aise. Le gendarme, épuisé, s'endort et se réveille dans la chambre 7...douze ans plus tard.

 

OPAC Détail de notice

Stéphanie a également apprécié le court roman de Antoine Laurain "Le service des manuscrits".

Une éditrice sort d'un coma consécutif à un accident d'avion. Le roman sur lequel elle avait travaillé, a été publié et figure parmi les finalistes du prix Goncourt. Ce roman met en scène des meurtres qui font curieusement écho à la réalité, comme si le meurtrier suivait la trame du roman. Une jeune policière qui a fait le lien, mène l'enquête. Ce roman très agréable, se lit vite.

 

OPAC Détail de notice

Louise Mey signe avec "Embruns" un polar qui a enthousiasmé Stéphanie qui a hâte de lire un autre titre de cette auteure française.

Les Moreau sont une famille avec une bonne situation, à qui tout a toujours souri. Les parents et leurs deux enfants, jeunes adultes, sont très unis. Bref, c'est une famille bien sous tout rapport. Tellement qu'ils en sont agaçants. Ils ont même réussi à obtenir un passe-droit pour venir passer le week-end du 14 juillet sur une petite île préservée de Bretagne. Là, ils font connaissance avec la population locale, pas très chaleureuse envers ces gens sûrs d'eux et fiers de leur réussite éclatante qui les méprise ouvertement. 

Les Moreau décident de faire une promenade en bateau, sans Marion, la jeune fille ayant peur de l'eau. A leur retour, Marion a disparu. L'île paradisiaque, sans réseau, coupée du monde par les éléments, va se révéler un huis-clos angoissant et hostile.

 

 

OPAC Détail de notice

"L'empreinte", récit autobiographique de Alexandria Marzano-Lesnevich a intéressé Stéphanie.

L'auteure, étudiante en droit à Harvard, opposée à la peine de mort croise le chemin de Rick Langley, tueur d'enfant. Sa réaction est viscérale : il doit être exécuté. Remontent en elle un secret de famille, des souvenirs d'enfance qu'elle avait jusque là réussi à étouffer. Son grand-père abusait d'elle. Alexandria Marzano-Lesnevich va s'intéresser de près aux motivations et aux raisons du passage à l'acte. Récit poignant.

 

OPAC Détail de notice

 Enfin, Stéphanie a lu "L'été des quatre rois", roman historique passionnant de Camille Pascal. On y suit les périples de Charles X, en cet été 1830 lors duquel se succéderont quatre rois, où la révolte gronde, et où les grands du royaume essaient de tirer les ficelles d'un régime sur le déclin. Le roman est dense et captivant, très bien écrit.

 

Catherine et Olivier ont tous les deux eu un coup de coeur pour "L'Egyptien" de Stéphane Marchand ( à emprunter par RéVOdoc). D'origine très modeste, Tarek al Charouk a bâti une fortune colossale. Ce qui n'efface pas les humiliations subies par les anglais dans sa jeunesse...Il met à exécution une vengeance avec l'aide -involontaire- de son fils.

 

OPAC Détail de notice

Catherine et Olivier ont également lu le roman "Peur sur le vatican" de Jean-Louis Baroux.  

Un trésor caché en 1945 par des SS conduira un catholique intégriste aidé de néonazis à détourner un avion avec à son bord une trentaine d'otages et à menacer de le faire s'écraser sur le Vatican. Très bon suspense pour ce premier roman.

 

OPAC Détail de notice

Dans "La dérobade", Jeanne Cordelier y raconte ses cinq années de prostitution : l'exploitation de la femme par sa famille, ses maquereaux, l'indifférence des médecins, la vérité y est abordée de manière crue. 

 

Catherine et Olivier ont eu un coup de coeur pour le beau "Théâtre intime" (à emprunter par RéVOdoc). Jérôme Garcin y réussit avec une grande finesse à parler de l'amour fusionnel qui le lie à sa femme, fille de Gérard Philipe, les difficultés de cette dernière à se faire un prénom dans le monde du théâtre.C'est une belle écriture servie par un vocabulaire riche. 

 

OPAC Détail de notice

Catherine a lu avec intérêt "Les victorieuses" de Laetitia Colombani dont nous avions aimé le précédent roman "La tresse". La carrière d'une avocate prometteuse bascule le jour où l'un de ses clients se suicide sous ses yeux. Son psychiatre l'oriente alors vers du bénévolat : elle sera écrivain public dans un foyer pour femmes en difficulté. L'auteure décline un autre récit en parallèle, celui des débuts de l'Armée du salut à Paris. C'est documenté, le message est positif, ce qui rend l'ensemble agréable à lire.

 

OPAC Détail de notice

 Ma Jian, auteur du subversif "China Dream", qui a tant plu à Catherine et Olivier, a été motivé par "sa colère contre les fausses utopies qui asservissent et infantilisent la Chine depuis 1949". Le président Xi Jinping y décrète le lancement d'un nouveau programme "le nouveau rêve chinois". Ce roman est un chef d'oeuvre de subversions et de drôlerie,  summum d absurdités , compromis, combinés...Effrayant !

 

Enfin, deux titres de l'auteur Val d'oisien, Philippe Lafitte ont retenu l'attention de Catherine et Olivier ce mois-ci.

OPAC Détail de notice

"Celle qui s'enfuyait" est un thriller psychologique traçant le portrait subtil d'une femme hors norme sur fond de vérité historique. Lecture haletante et agréable.

 

OPAC Détail de notice

Au coeur du quartier chinois de Belleville, les gens cohabitent mais ne se mélangent pas. Vincent et Line n'auraient jamais dû se rencontrer. Leur besoin à tous deux de s'affranchir, leur quête de liberté, le questionnement sur leurs origines se révèleront un cocktail explosif qui les entraînera dans une course poursuite vertigineuse. "Belleville Shanghai express" est un roman bien écrit et vivant. Les personnages y bien étudiés, ainsi que les différents milieux parisiens et shanghaiens

 

OPAC Détail de notice

Lucie a aimé "Trois anneaux" de Daniel Mendelsohn. L'essai présente le destin de trois auteurs en exil qui s'appuient sur des écrits de leurs prédécesseurs pour créer leurs propres oeuvres. Auerbach, Fénelon et Sebald ont tous trois mis à profit ce temps d'exil ou de bannissement imposé pour s'interroger sur l'insodable de la vie. Cet essai est magnifiquement écrit et la structure très bien faite.

 

 

OPAC Détail de notice

Ce mois-ci, Annie et Brigitte ont lu toutes deux "Du côté des indiens" deuxième roman de Isabelle Carré.

Les quatre personnages du roman habitent le même immeuble de Courbevoie:  Ziad, 10 ans, son père Bertrand, sa mère Anne, la voisine du 5ème, Muriel. L'auteur va s'attarder sur l'histoire et le ressenti de chacun d'eux.

Ziad guette le retour de son père le soir derrière la porte de l'appartement et découvre que celui-ci rejoint la voisine du 5ème étage. Pour ramener son père au foyer, il décide de monter voir la voisine pour lui expliquer qu'il attend tous les soirs son père en vain. Muriel entend sa souffrance et demande à Bertrand de ne plus lui rendre visite. Muriel devient l'amie de Ziad et, scripte de cinéma, elle l'emmène assister au tournage d'un film.

 Brigitte a bien aimé cette partie du roman le ressenti de ce petit garçon. Si ce début l'a entousiasmée, Brigitte n'y a pas trouvé un grand intérêt par la suite. Notamment l'histoire de la mère, Anne à  laquelle on a du mal à croire.... Brigitte trouve également que le roman n'est pas toujours bien écrit. Agréable, plutôt sombre mais en aucun cas un grand roman.

Annie confirme que le début du roman est bon mais regrette que l'histoire se perde à travers les différents thèmes abordés, non dénués d'intérêt individuellement : l'adultère, la maladie, une jolie amitié, un road trip, le harcèlement...mais un peu plaqués les uns à la suite des autres. Le récit manque au final de cohésion.

La sensibilité et l'écriture du roman ont toutefois retenu Annie

 

OPAC Détail de notice

Annie a également lu "Le consentement" de Vanessa Springora.

Au milieu des années 80, V., jeune fille de 13 ans, a une vie chaotique entre des parents qui se déchirent et qui finalement se séparent. V. est souvent seule, élevée par sa mère, éditrice. Son père est souvent absent. Elle remplit le vide de sa vie par la lecture. Au cours d'un dîner, elle rencontre G., 49 ans, écrivain reconnu et se laisse séduire par l'attention qu'il lui porte et son charisme. Elle ignore tout de sa réputation sulfureuse. Il la traite comme une adulte et cherche à la revoir en prenant beaucoup de précautions pour la rassurer. A tout juste 14 ans, elle commence une relation sexuelle avec lui, s'abandonnant totalement dans une histoire qui la flatte mais la dépasse.

Annie a beaucoup aimé ce roman autobiographique très finement écrit. On entre doucement dans la manipulation que le prédateur a mise en place. C'est un récit parfois difficile mais nécessaire car édifiant au sujet de l'emprise et du consentement. C'est le témoignage d'une femme courageuse.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir