Le club des lecteurs vous propose ses coups de coeur du mois de juin. 

OPAC Détail de notice

 Chantal recommande vivement "Le corps et l'âme", roman policier de John Harvey. 
Franck est un flic à la retraite qui donne parfois un coup de main à la police locale. Sept ans auparavant, alors qu'elle en avait seize, sa fille avait été séquestrée et violée. Même s'il avait libéré sa fille et arrêté l'auteur du crime, Franck et sa fille restent traumatisés et n'arrivent plus à communiquer. Elle se présente pourtant un jour devant sa porte, accusée du meurtre du peintre à qui elle servait de modèle. Franck va mener l'enquête pour tenter de la disculper.

 

OPAC Détail de notice

Marc Levy change de registre avec une nouvelle trilogie les 9 pour le plus grand plaisir de Chantal, qui a lu le premier volume "C'est arrivé la nuit". L'auteur s'y intéresse à un groupe de neuf lanceurs d'alertes qui ne se connaissent pas. Ces personnes vivent cachées et traquent lobbies, industriels et politiques pour y dénoncer et réparer les injustices. Travailler dans l'illégalité pour dénoncer les scandales est un jeu dangereux. Marc Lévy s'appuie sur son expérience d'ancien travailleur de la Silicon Valley ce qui rend le roman très réaliste. C'est rythmé et bien mené. Très intéressant.

 

OPAC Détail de notice

Christine a aimé "Pour l'honneur des Rochambelles" de Karine Lebert. 

Alors qu'elle assiste à la remise d'une médaille pour son action parmi les Rochambelles pendant le seconde guerre mondiale, Alma fait un AVC. Sa petite fille l'entend murmurer "Pardonne-moi Lucie" et va chercher à en apprendre davantage sur cette mystérieuse Lucie. Les descriptions sont documentées et réalistes sans toutefois être un traité historique. la romancière a réussi avec brio à maintenir un équilibre entre l'enigme et retours sur la période historique, le tout dans un style alerte. Une réussite.

 

 

OPAC Détail de notice

Gros coup de coeur de Stéphanie pour "Trois" de Valérie Perrin. Stéphanie a dévoré cette histoire d'amitié entre trois enfants, deux garçons et une fille. Fusionnels, les enfants se promettent de partir vivre à Paris et de ne jamais se quitter. Quelques décennies plus tard, une voiture est retrouvée dans un lac du lieu de leur enfance. Virginie, journaliste, est dépêchée sur place. Quel est le lien entre ces trois-là et cette épave? Valérie Perrin dresse un portrait tout en sensibilité de trois beaux personnages mais également de toute une société. C'est tout simplement génial nous prévient Stéphanie.

 

OPAC Détail de notice

Stéphanie a, en revanche, été très déçue par "La vengeance m'appartient" de Marie Ndiaye, présenté précédemment au club des lecteurs. Stéphanie n'y a vu aucun intérêt et a été agacé par le style de l'auteur.

 

OPAC Détail de notice

Déception également de Mirentxu pour "Le doigt" de Dalie Farah. Dalila est  professeur de philo. Un matin pluvieux, afin de ne pas gâter ses bottines dans la boue du trottoir, elle coupe un rond-point et se fait klaxonner par un automobiliste à qui elle répond par un doigt d'honneur. Ulcéré, ce dernier s'arrête et se plante, menaçant, devant elle. Elle réitère son geste. L'automobiliste lui donne une gifle qui la fera tomber devant les élèves présents ce matin-là devant les grilles du lycée, et s'enfuit. Profondément choquée, Dalila revient sur son parcours personnel et professionnel jalonné de violence. Elle qui est victime, peut-elle être en partie inconsciemment responsable? Quel lien existe-t-il entre elle et cette violence? Dans la salle des profs on s'interroge également sur sa part de responsabilité. Le propos est intéressant mais tourne trop sur lui-même pour accrocher complètement le lecteur et le récit, que l'on sent pour beaucoup autobiographique, lasse.

 

OPAC Détail de notice

Mirentxu a beaucoup aimé la bande-dessinée, inspirée de faits réels "Blanc autour" dessinée par Stéphane Fert et scénarisée par Wilfrid Lupano. 1835, Connecticut. Prudence Crandall tient une école pour filles de bonnes familles de la petite ville de Canterbury. Sarah, une jeune fille noire, vient lui demander de l'instruire ce que Prudence accepte. La nouvelle n'est pas bien accueillie par les familles blanches de la ville et contre toute attente Prudence renvoient ces jeunes filles chez elles et n'accueillera plus, désormais, que des jeune filles noires. Mais la résistance est rude et la maîtresse d'école et ses élèves devront faire preuve de beaucoup d'obstination et de courage. Enrichie de pages documentaires sur les protagonistes de l'histoire de cette école hors-normes, cette bande dessinée est passionnante. Le sujet est traité avec justesse.

 

OPAC Détail de notice

Mirentxu a lu à son tour "Les cloches jumelles" de Lars Mytting dont l'action se déroule dans une région rurale de Norvège au XIXème siècle. La vie est dure pour les habitants de ces régions qui subissent le froid et la faim à longueur d'année. Le nouveau pasteur progressiste du village de Butangen apprendra à ses dépends qu'on ne vend pas inpunément une église en bois debout, vieille de sept ans, pour qu'elle soit démantelée et reconstruite en Allemagne. D'autant qu'elle abrite deux cloches jumelles forgées avec l'argent issu du malheur d'une famille. Le roman dépeint la toute-puissance de la nature avec poésie et réalisme. Ce roman est superbe, même si, comme Christine, Mirentxu regrette une fin un peu moins réussie que le reste du roman.

 

OPAC Détail de notice

Françoise a lu "La voyageuse de nuit" de Laure Adler, récit de recherche sociologique et sociétale sur la vieillesse .
A travers de nombreux témoignages de gens illustres, notamment Simone de Beauvoir, elle démonte les nombreuses contradictions de notre système et dénonce avec colère la tyrannie de rester jeune à tout prix .
Malgré une idée intéressante, Françoise pense que l'auteure aurait pu écourter ce récit de voyage au pays de la vieillesse.

 

OPAC Détail de notice

Françoise s'est ennuyée à la lecture de "Le parfum des fleurs la nuit" de Leïla Slimani, qui n'est pas du niveau de ses dernières oeuvres.
On tourne en rond dans la description de cette expérience de passer la nuit seule dans le musée de la douane de Venise. Elle fait des digressions sur l'art contemporain pour passer le temps et occuper sa nuit sans grand intérêt. Très décevant.

  
Maryse a été très intéressée par "La nuit des orateurs" d'Hédi Kaddour (à emprunter par ReVOdoc).
Rome, 93 après J.C: l'empereur Domitien, "maître et dieu", règne en tyran cruel par la terreur, n'hésitant pas à faire égorger ou crucifier les sénateurs (et leur famille), dès qu'une rumeur de complot se répand.
Or Pline le Jeune et Tacite( sénateurs et orateurs) ont aidé l'avocat Senecio à  faire condamner le gouverneur de Bétique, Massa, un proche de Domitien; et Tacite sait qu'en dépit de son appartenance au Conseil de l'empereur, de sa réputation irréprochable, de sa charge d'administrateur de la Gaule Narbonnaise, il peut être accusé par un délateur et condamné.C'est la nuit, il attend la mort.
Sa femme Lucretia, "amie d'enfance" de Domitien, se rend au Palais pour essayer d'obtenir la grâce de  son mari.
Maryse a beaucoup apprécié l'habileté de l'auteur à mêler fiction et vérité historique, multipliant les détails pour brosser un tableau très réussi, vivant de la société romaine : les tâches bien définies de chaque esclave, le rôle des affranchis, les occupations de la plèbe, celles de l'aristocratie (les soirées littéraire entre amis organisant des lectures publiques).
Le récit est émaillé  de scènes spectaculaires : arrestations  en plein Sénat, chanteur célèbre  dévoré par un fauve, sous les acclamations du public..et l'auteur restitue les bruits de la rue, les senteurs et les odeurs du quartier mal famé de Subure...
Quant aux nombreux protagonistes, ils se révèlent complexes: les monologues intérieurs-réflexions de Norbanus, préfet des prétoriens, "exécuteur " des décisions impériales,  de Parthenius, chambellan et de Capito, directeur du courrier de l'empereur,  illustrent la difficulté à  deviner, anticiper les réactions de Domitien ou décoder ses moindres mimiques.
Le personnage de Lucretia est attachant: intelligente, cultivée, courageuse, une Romaine héroïque qui risque sa vie dans la nuit aux multiples dangers.
L'auteur présente un monde où l'angoisse est permanente, où il est vital de se cacher en public, de dire sans dire,  une réflexion sur la Cour, ses haines et jalousies, ses intrigues, sur le pouvoir des mots  " qui sauvent ou qui tuent, qui libèrent ou asservissent".
Un livre très dense et passionnant.
 
"Un dimanche à Ville d'Avray" de Dominique  Barbéris (à emprunter par ReVOdoc) a beaucoup  plu à Maryse.
Une commune verdoyante de banlieue parisienne, un quartier résidentiel, de belles maisons et des jardins bien entretenus, tel est le cadre du roman.
La narratrice, qui habite Paris, rend visite à sa soeur aînée, Claire-Marie, un dimanche de septembre en fin d'après-midi. Dans leur enfance elles ont été très proches rêvant de héros romanesques, de rencontres romantiques dans leurs vies futures. Claire-Marie a une vie bien rangée entre son mari, médecin et sa fille; la narratrice est professeur, mariée...
Reste-t-il quelque chose à attendre? Le soir tombe, tout est tranquille et pourtant un vague malaise s'installe. Et Claire-Marie se confie à  sa soeur : il y a une dizaine d'années elle a rencontré un Hongrois, mystérieux, inquiétant et malgré la conscience de courir un danger, l'attrait de l'aventure à été si fort qu'elle l'a revu maintes fois.
D'ailleurs, n'est-ce pas plutôt à elle-même qu'elle se parle, comme si elle avait oublié sa soeur, et qu'il lui importait de revivre une histoire que la prudence lui a fait abandonner; Un regret?
  Les deux soeurs ont des relations assez ambiguës, la cadette estimant que Claire-Marie était une "proie facile", mais c'est elle qui a" réalisé "son rêve et lui a-t-elle tout dit?
  L'auteur présente une subtile harmonie entre les sentiments des personnages et le décor qui les entoure : le soir qui tombe, l'obscurité installent une certaine mélancolie, une tristesse devant la fuite du temps...l'ombre est propice aux confessions et le roman est une longue attente.
  L'importance donnée aux jeux de lumières sur les feuilles d'automne lors d'une promenade dans le parc de Sceaux permet de ressentir la gaieté de Claire-Marie,  puis l'hiver, la pluie , le froid et la nuit dénotent la crainte éprouvée.
Par petites touches délicates, l'auteur raconte les désirs et les secrets de vies apparemment  tranquilles et heureuses.
 
 
OPAC Détail de notice
Brigitte a lu "La perle cachée" de Mary Balogh.
Harcelée par son tuteur, et croyant avoir malencontreusement tué un homme, Isabella Fleur Bradshaw s'est enfuie et se cache dans les bas-fonds de Londres sous le nom de Fleur Hamilton. Sans argent, pour ne pas mourir de faim, elle se prostitue. 
Son premier client sera le Duc de Ridgeway, grand, fort, chevelure d'un noir de jais, yeux sombre, nez busqué, il n'est pas beau car horriblement balafré. Quelle ne sera pas sa stupeur lorsqu'il découvrira qu'il vient de lui faire perdre sa virginité. S'en voulant et pour plusieurs raisons, de retour chez lui, il fera en sorte que Fleur soit engagée comme gouvernante de Pamela, sa fille de 5 ans qui vit avec sa mère Sybil, loin de Londres dans la sublime demeure de Willoughby Hall. 
Fleur saisit sa chance, ne sachant pas que son employeur est le Duc. Elle sera conduite dans le château et rencontrera Pamela, une enfant gâtée et sa mère de santé fragile qui ne s'occupe pas vraiment de sa fille, et qui montre une grande hostilité à la venue de Fleur. Fleur vit enfin des moments de grâce auprès de Pamela bien que celle-ci n'en fasse qu'à sa tête. Elle va l'intéresser à la musique, à la peinture, et autres matières car Fleur a eu une très bonne éducation. Jusqu'au jour où le Duc revient auprès de sa famille voir sa chère Pamela.
Fleur reconnaît le Duc et tout s'écroule. Elle le hait, ne peut supporter sa présence, elle qui revit en cauchemars la nuit à Londres, mais petit à petit elle ne pourra pas s'empêcher d'être fascinée. Le Duc quant à lui à du mal à reconnaître Fleur, cette fille maigre qui a repris du poids et une silhouette maintenant attirante et dont les cheveux d'un roux éteint étincèlent d'or et de feu. Il tombe sous le charme. Et petit à petit, Fleur reconnaîtra ses qualités, sa bonté. Succombera-t-elle ?
Mais son tuteur finira par la retrouver et  fera son possible pour être invité par le biais du frère du Duc, Thomas. Une autre histoire sordide lie également le Duc à son frère.
Brigitte a beaucoup aimé ce roman où les personnages sont attachants, Fleur et Adam, surmontant avec courage les affres de la vie, avec droiture, honneur en ajoutant une pointe de romantisme. Une romance à la "Bridgeton" ou Jane Eyre... 
 
 
OPAC Détail de notice 
Voyant qu'une adaptation du roman "Des hommes" de Laurent Mauvignier sortait au cinéma avec Gérard Depardieu, Catherine Frot et Jean-Pierre Darroussin Brigitte a voulu lire le livre avant d'aller le voir au cinéma.
Le livre est poignant, racontant les durs moments vécus par des jeunes gars pas préparés à la guerre d'Algérie, qui n'avaient rien demandé et sûrement pas de faire une guerre, avec les atrocités qui y sont coutumières. Mais il raconte aussi la nonchalance, l'ennui, et le silence, ce silence qui envahit l'esprit, la vie à défaut d'être écouté, pas entendu. Le retour où rien ne peut les délivrer de ce qu'ils ont vu, commis, subi. Le silence, là-bas et maintenant.
 
 
 
OPAC Détail de notice
 
Annie a lu "L'ami" de Tiffany Tavernier, déjà présenté au club des lecteurs.
 Ce roman débute comme un thriller puis l'auteure nous entraîne dans une étude psychologique et la recherche du narrateur : comment redonner un sens à sa vie après avoir traversé une période de sidération, de déni et de culpabilité ? Son monde extérieur s'écroule puis son monde intérieur ... Comment arrivera t il à sortir du cauchemar qui l'envahit ?
Comment les amis d'un monstre vont ils réagir en découvrant l'horreur ? 
Annie beaucoup aimé ce roman très bien construit, happée par l'histoire d'un homme dévasté par l'incompréhension des événements qu'il découvre.
 
 
 
OPAC Détail de notice
Annie a également lu avec beaucoup de plaisir la suite des aventures de Riad et sa famille dans "l'arabe du futur 5 : une jeunesse au Moyen-Orient (1992-1994) de Riad Sattouf. Annie a hâte de les retrouver...Le suspense est tellement bien entretenu!