Le club des lecteurs vous propose ses avis de lectures du mois de février.

 

 

 OPAC Détail de notice

Christine a lu avec beaucoup de plaisir la biographie du fondateur de la Croix Rouge internationale "Moi, Henry Dunant, j'ai rêvé le monde : mémoires imaginaires du fondateur de la Croix-Rouge"  écrite par Serge Bimpage.

Henry Dunant évolue dès son enfance dans un milieu de bourgeois et d'aristocrates, banquiers ou médecins calvinistes. C'est un homme tourné vers la religion qui possède un sens de l'obligation de réussite chevillé au corps. Il sait qu'il doit réussir malgré son manque d'appétence pour les études. Il est tiraillé entre ce que sa famille lui a inculqué, sa notion de réussite sociale et son idéalisme à vif. Après plusieurs tentatives dans les affaires qui toujours échouent, Henry Dunant crée différentes associations dont La Croix Rouge. La récupération politique qui en est faite dégoûte Henry Dunant qui malgré un Prix Nobel de la Paix en 1901 finira dans la pauvreté et l'oubli. Ce portrait très bien écrit a beaucoup plu à Christine.

 

Christine a également aimé deux romans déjà présentés.

Avec  "Sara ou l'émancipation", écrit au milieu du XIXème siècle, Carl Jonas Love Almquist signe un roman sur l'émancipation féminine résolument moderne. Sara conserve sa liberté de ton et sa soif d'entreprendre dans un monde régi par les hommes. Lors d'une traversée en bateau, elle rencontre Albert à qui elle expose ses vues avant-gardistes sur l'amour et l'union-libre

OPAC Détail de notice

"Soleil Amer" de Lilia Hassaine l'a, à son tour, conquise.

 OPAC Détail de notice

 

Chantal est dans une veine de lecture de romans policiers et elle attend avec impatience le dernier roman signé Robert Galbraith, nom de plume de J.K. Rowling, auteure d'Harry Potter.

Pour patienter, Chantal a lu deux excellents romans policiers (à emprunter par ReVOdoc) :

Dans "La femme tatouée", Brugges est une nouvelle fois le théâtre d'un crime affreux, le corps d'une jeune femme est retrouvé dans le vivier à homards d'un grand restaurant de la ville. Son tatouage semble la relier à un groupuscule d'extrême droite. Pieter Aspe signe ici un roman policier passionnant.

Autre ambiance pour "Malefico" de Donato Carrisi, roman se déroulant dans l'enceinte du Vatican. Marcus est un pénitencier, c'est à dire un prêtre capable de repérer le mal et de s'attacher aux plus petits détails, ce qui se révèle bien utile lors d'une enquête. Il fait équipe avec une inspectrice de la police de Rome pour tenter de découvrir qui se cache derrière les meurtres sanglants d'amoureux perpétrés dans la ville éternelle.

 OPAC Détail de notice

Mirentxu a apprécié "Les promises" de Jean-Christophe Grangé présenté le mois dernier, roman policier documenté ayant lieu lors de la montée en puissance du régime nazi en Allemagne. 

 

Mirentxu n'a en revanche pas été convaincue par "La dame de Reykjavik" de Ragnar Jonasson, roman policier molasson. Hulga Hermansdottir est une enquêtrice chevronnée mais la modernisation est en marche au sein de la police islandaise et sa hiérarchie la pousse vers la sortie pour faire place à de jeunes loups aux dents longues. Hulga obtient de pouvoir travailler sur une dernière enquête non résolue, ce sera celle d'une jeune russe demandeuse d'asile, retrouvée morte noyée un an auparavant. L'enquête de l'époque semble avoir été bâclée...Le personnage principal d'Hulga est agaçant, ses atermoiements et états d'âme crispants. L'enquête en elle-même n'est cependant pas déplaisante...C'est  le deuxième et dernier Jonasson que lira Mirentxu.

 

OPAC Détail de notice

Florence a dévoré "Le labyrinthe des esprits" de Carlos Ruiz Zafon. Malgré l'épaisseur du livre (près de 900 pages en version poche), Florence ne s'est pas ennuyée une seconde, elle regrette cependant de ne pas avoir relu les trois premiers tomes de la tétralogie du cimetière des livres oubliés (bien que chaque volume puisse se lire indépendemment). Barcelone, sous Franco, alors que la disparition d'un ministre est à l'origine d'un déferlement de représailles et de violences, la jeune Alicia Gris enquête. Elle croisera la route du libraire Daniel Sempere, qui enfant, trouva un jour dans les travées du Cimetière des Livres oubliés l'ouvrage qui allait changer sa vie. Stéphanie recommande également chaudement la lecture de cette tétralogie pleine d'onirisme pour laquelle elle avait eu un coup de coeur. 

 OPAC Détail de notice

 Fabien est élève de CE2 à Sarcelles. Il aime le foot avec les copains et la poésie. Il est particulièrement heureux de pouvoir réciter ses poèmes devant la classe. Mais ses parents l'arrachent à cette douce vie d'enfant pour rejoindre le Jihad en Syrie et le paradis promis par ses parents n'est qu'une longue suite d'embrigadement et d'horreurs sans nom. "Voyage au bout de l'enfance" de Rachid Benzine est une lecture déchirante qui a bouleversé Florence. Mirentxu avait lu "Lettres à Nour" du même auteur dans lequel un père envoie des courriers à sa fille partie faire le Jihad.

OPAC Détail de notice

 

OPAC Détail de notice

Fabienne a lu à son tour et beaucoup aimé "Blizzard" de Marie Vingtras, auteur qui viendra à la médiathèque le samedi 26 mars 2022.

"Ce qu'il faut de nuit" de Laurent Petitmangin, déjà présenté au club des lecteurs, est un superbe roman sur l'amour entre père et fils. Dans le Nord de la France, un homme, militant d'extrême gauche, se retrouve veuf et élève seul ses deux fils. Le fils aîné s'acoquine avec l'extrême droite et les neo-nazis. Alors que son fils s'enfonce dans la violence, le père demeure impuissant. Père et fils finissent pas s'ignorer. Peut-on tout pardonner ? Jusqu'où peut-on aimer ses enfants ? Stéphanie a trouvé ce court roman poignant.

OPAC Détail de notice

 "L'eau rouge" de Jurica Pavicic. Croatie, en 1989, Silva, dix-sept ans disparaît lors de la fête des pêcheurs. Un enquête est diligentée mais à la chute de Tito, l'inspecteur en charge de l'affaire est démis de ses fonctions. Les parents de Silva et son frère jumeau continuent à la chercher. Puis la guerre éclate...un savant mélange de polar et d'histoire bien équilibré. C'est le coup de coeur de Stéphanie ce mois-ci.

Stéphanie a emprunté plusieurs romans par ReVOdoc :

"Les douces" de Judith Da Costa Rosa dépeint la vie douce de quatre enfants, trois filles et un garçon qui coulent des jours paisibles dans un petit  village de France, jusqu'à ce que le petit garçon, Hannibal, disparaisse. A l'adolescence leur vie se sépare, les filles ne restent pas amies. Dix-huit ans après sa disparition, le corps d'Hannibal est retrouvé dans la demeure du scuplteur qui leur dispensait des cours.L'ambiance adolescente est particulièrement bien rendue et le roman a plu à Stéphanie.

 "La mythomane du Bataclan" de Alexandre Kauffmann.
Un groupe de soutien aux victimes du Bataclan se forme. Florence se déclare proche d'une des victimes entre la vie et la mort à l'hôpital. Empathique, présente, elle est embauchée par l'association Life for Paris. Pourtant, elle éveille les soupçons de quelques uns de ses membres. Une enquête policière est menée et il s'avère qu'elle a fait de la prison pour escroquerie. Très bien.
 
"Maid" de Stephanie Land. Cette autobiographie, répérée sur un blog et éditée, dépeint la vie d'une jeune mère qui a arrêté ses études jeune et qui parvient à quitter son compagnon violent. Elle essaie de survivre en faisant des ménages, dans des conditions précaires et une grande misère. Le récit de ces travailleurs pauvres est bouleversant. 
 
 
 
 
 
 OPAC Détail de notice
 
Catherine et Olivier ont eu un coup de coeur pour "L'énigme de la chambre 622" de Joël Dicker, roman diabolique et époustouflant, sur fond de triangle amoureux, jeux de pouvoir, coups bas, trahisons et jalousie, dans une Suisse pas aussi tranquille qu'elle y paraît. 
 
 
 OPAC Détail de notice
 
Kim, jeune bretonne, débarque à Antibes et est embauchée comme dame de compagnie par Côme. Elle est touchée par le dévouement de ce fils pour sa mère, Gilonne, d'autant que cette dernière a mauvais caractère. Mais, quand elle apprend par hasard que le fils de Gilonne est en fait mort, elle décide de mener l'enquête sur le jeune homme qui se fait passer pour Côme. "Les couleurs de la vie" de Lorraine Fouchet a plu à Catherine et Olivier.
 
 

 
Venue pour vendre sa villa isolée sur la dune, Hélène, la quarantaine, femme active, célibataire sans enfant se retrouve prise dans une tourmente émotionnelle et physique : son programme initial se dérègle : d'abord la maison est squattée par un photographe nippo-canadien qui s'intéresse aux blockhaus de la côte, ensuite sa filleule, Bambi, arrive aux prises à de gros problèmes  concernant son avenir, et survient la rencontre avec Messieurs Flint père et fils, enfin une tempête " centennale" qui se déchaîne, la conduisent à ressasser souvenirs, peurs et névroses du passé.  Hélène s'effondre, mais se métamorphose...grâce à l'amour!
Érosion des côtes, érosion des certitudes d'Hélène, paysages enchanteurs ou menaçants, le roman est bien écrit, très long, assez étrange, à la fois dans le monde réel et hors du temps, et même si Maryse a essayé d'en voir l'humour et le côté un peu ridicule, elle n'a pas été très intéressée par cette "Villa atlantique" de Anne-Marie-Garat (à emprunter par ReVOdoc).
 
 
OPAC Détail de notice 
 
"Encre sympathique " de Patrick Modiano.
Le roman commence comme une enquête : Jean Eyben, vingt ans, est chargé par le patron de l'agence Hutte de retrouver la trace de Noëlle Lefebvre qui a disparu. Le dossier est mince : une fiche avec une adresse dans le quinzième arrondissement de Paris, une poste restante et une photo floue. Les témoins interrogés sans succès, les lieux visités sans résultat, l'enquête n'aboutit pas malgré la découverte d'un agenda secret contenant quelques notes et un début de phrase sibylline :"si j'avais su..."
Bien longtemps après, le narrateur reprend l'enquête car il s'imagine avoir rencontré Noëlle quand il était pensionnaire à Annecy et être " à la recherche du chaînon manquant de sa vie".
Les objets et les lieux comptent dans son obsession de faire apparaître un passé oublié. L'encre sympathique avec laquelle tout à été écrit mais effacé et qu'il faut faire réapparaître.
Un univers singulier, un retour vers le passé et ses secrets enfouis, une quête d'identité, une déambulation mélancolique, donnent à ce court roman une atmosphère envoûtante qui a beaucoup plu à Maryse
 
 OPAC Détail de notice
 
"Les caprices d'un astre " d'Antoine Laurain. 
 Un roman qui mêle avec bonheur deux temporalités ( XXIème et XVIIIème siècles ) et lie avec poésie deux histoires:
Xavier Lemercier, agent immobilier à Paris, sensible, maladroit mais sincère, divorcé, père attentif, sans projet bien clair, à la recherche de l'amour
Guillaume Le Gentil de la Galaisière, astronome de Louis XV, parti pour les Indes afin d'observer l'exceptionnel passage de Vénus devant le soleil, voyage de quinze mois qui durera onze ans .
Cette double quête lie les deux personnages par le biais du télescope de Guillaume que découvre par hasard Xavier dans un appartement. 
 Les chapitres alternent les siècles et le lecteur est pris dans un récit d'aventures avec dangers, tempêtes, pirates mais aussi paysages sublimes, des palais de La Réunion à l'île Maurice et les derniers dodos, de Madagascar et ses coquillages à  Pondichery...puis revient à un récit plus intime avec Xavier.
Tous deux ont un rapport curieux vis à vis des femmes : tandis que Guillaume écrit à une épouse imaginaire, Xavier observe une femme sur le balcon d'en face grâce au télescope; tous deux attendent la fameuse éclipse et rencontrent l'un le dernier dodo vivant, l'autre un dodo naturalisé.
Dans ce roman original, poétique sur la quête de soi, l'auteur sait rendre ses personnages attachants, relier le réel et l'imaginaire avec plaisir et emmener le lecteur dans un monde romanesque et magique.Un bonheur de lecture pour Maryse.
 
 
"Le bal des ombres" de Joseph O' Connor (à emprunter par ReVOdoc). 
Londres 1878 . Trois personnages principaux : le légendaire comédien Henry Irving, célèbre pour ses interprétations de Shakespeare et son humeur détestable, la " Sarah Bernardt " anglaise, Ellen Terry,et le jeune critique de théâtre (et écrivain ) Bram Stoker qui devient l'administrateur du vétuste Lyceum, théâtre abandonné qui nécessite de coûteux travaux.
L'auteur propose une évocation des rues de Londres à l'époque victorienne : effrayante, où  misère, intolérance et mort se côtoient  (Jack l'éventreur y sévit ), mais aussi merveilleuse où  l'art est partout et le goût du divertissement  règne.
C'est aussi une peinture du quotidien d'un théâtre : l'auteur sait faire revivre les menuisiers, les peintres de décors, les musiciens ...en un style très visuel et rythmé : le spectacle est sur scène et en coulisses.
C'est une fresque historique, une histoire d'amour et d'amitié aux multiples facettes, juxtaposant les formes littéraires ( récit, coupures de journaux,lettres ), et la chronologie.
Un roman passionnant, une enquête imaginaire sur la vie de Bram Stoker,  le pouvoir infini de la création car " la vie sans imagination serait un enfer sans fin ".
Les ombres du bal : les personnages joués  sur scène, les personnages  de Bram Stoker et Mina, le fantôme du théâtre et quel peut être le modèle du futur vampire Dracula ? Gothique, baroque, un roman ensorcelant à lire que Maryse nous conseille.
 
 
OPAC Détail de notice
 
Le coup de coeur de Jean-François va à "Paris-Briançon" de Philippe Besson. Comme toujours, l'auteur nous livre un merveilleux portrait personnages, par petites touches, tout en finesse. 
Plusieurs voyageurs embarquent dans cet intercités n°5789 reliant de nuit Paris à Briançon, chacun avec ses fêlures, ses faiblesses, ses secrets. Le voyage de nuit est propice à une intimité et aux confidences à des inconnus qui partagent avec vous un espace clos. Mais le drame se profile. Mirentxu a également beaucoup aimé cette lecture.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir