Le club des lecteurs vous propose ses avis de lectures du mois de mai.

 

 Françoise a été déçue par "La fille parfaite" de Nathalie Azoulai, pourtant très bien écrit. Cette histoire d'amitié, de complicité mais également de rivalité entre deux amies d'enfance aux trajectoires si différentes ne l'a pas émue. 
 
OPAC Détail de notice
 
Françoise n'a pas pris de plaisir non plus à la lecture de "Feu" de Maria Pourchet. Il est ici question du feu de la passion destructrice et l'autrice a choisi de faire alterner des chapitres y présentant le point de vue de l'homme et de la femme et les injonctions de la mère et de la grand-mère. Françoise a été déstabilisée par l'écriture rapide, ce qui avait déjà gêné Stéphanie.
 
OPAC Détail de notice
 
"Chocolat amer" de Laura Esquivel est LE coup de coeur de Françoise (à emprunter par ReVOdoc). Mexique, XIXème siècle. Tita, quinze ans, se fiance avec Pedro, son ami d'enfance. Malheureusement, en tant que dernière de la fratrie, elle doit s'occuper de sa mère jusqu'à la mort de cette dernière. Et c'est la cadette qui se marie avec son amoureux. Mais Tita a des pouvoirs culinaires hors du commun et peut concoter un plat aphrodisiaque ou destructeur. Ce roman agréable est cocasse et sensuel, poétique et joyeux. Un vrai régal !
 
Comme plusieurs membres du club des lecteurs, Françoise s'est ennuyée à la lecture de "Le grand monde", dernier roman, et premier d'une trilogie, de Pierre Lemaître. 
 
OPAC Détail de notice
 
 
Dans "Une machine comme moi" de Ian Mc Ewan, Charly, féru de technologie, fait l'acquisition d'un androïde qu'il nomme Adam et qu'il prend plaisir à programmer. Adam ressemble à un humain, possède intelligence et sentiments et quand il déclare son amour à Miranda, la femme de Charly, la situation devient problématique. Très britannique, ce roman cocasse aux situations piquantes a beaucoup plu à Olivier.
 
OPAC Détail de notice
 
Toujours dans le domaine des nouvelles technologies, Olivier a aimé "Transparence", de Marc Dugain. Transparence, implantée en Islande, est une société numérique spécialisée dans l'utilisation des données digitales. En 2060, Transparence s'apprête à lancer son programme "endless" capable de fabriquer un clône de soi et d'y transférer son âme. L'immortalité n'est pas loin. Mais voici que la présidente de Transparence est arrêtée pour assassinat. Ce roman nous invite à la réflexion sur le fichage des individus, la collecte de nos données par les grandes entreprises, la recherche effrénée du profit. Grincant et glaçant.
 
OPAC Détail de notice
 
 
 
Olivier a ressenti une agréable quiétude à la lecture de "Le maître de l'océan" de Diane Ducruet (à emprunter par ReVOdoc). Un jeune orphelin est confié à un maitre taoïste qui l'envoie dans un monastère de Bretagne. De belles réflexions jalonnent ce roman initiatique, véritable traité de paix intérieure. Il se lit très facilement. 
 
Catherine s'est amusée à la lecture de "Le mec de la tombe d'à côté" de Katarina Mazetti. Un homme et une femme se rencontrent au cimetière. Elle, intellectuelle, vient de perdre son mari. Lui, paysan, a perdu sa mère. Appartenant à deux mondes différents, Ils tombent bientôt fous amoureux l'un de l'autre.
 
OPAC Détail de notice
 
 
 Autre histoire d'amour entre deux êtres que tout oppose qui a plu à Catherine : "Le Pavillon de Jade" de Heinz Konsalik (à emprunter par ReVOdoc). En pleine révolution culturelle, une jeune fille d'instituteur qui laboure le champ familial avec un buffle rencontre au marché le fils d'un docteur célèbre, proche du parti communiste. Malgré l'opposition de leurs parents à cette union "contre-nature", ils parviennent à se retrouver et à s'aimer. Belles descriptions des paysages et coutumes de Chine. 
 
Stéphanie a aimé "La carrière du mal" de Gilbert Galbraith, l'un des tomes de la série mettant en scène Cormoran Strike. Le détective et sa secrétaire Robin ont gagné en notoriété et ne sont pas dans les bonnes grâces de la Police. Robin reçoit un colis contenant une jambe féminine accompagnée d'une lettre faisant directement référence à la mère de Cormoran. Le duo est toujours aussi attachant.
 
OPAC Détail de notice
 
Malgré un début de roman laborieux, Stéphanie a aimé "Leurs enfants après eux" de Nicolas Mathieu, qui avait obtenu le prix Goncourt en 2018. Une bande de jeunes dans l'Est de la France va vivre son adolescence dans cette région désolée où les Hauts-Fourneaux ne tournent plus. Stéphanie est curieuse de lire le nouveau titre de cet auteur, déjà présenté au club des lecteurs.
 
OPAC Détail de notice
 
 
Stéphanie continue son exploration de l'oeuvre de Karine Tuil avec "L'invention de nos vies". La spirale du mensonge se referme sur Samir, jeune avocat ambitieux qui se fait passer pour juif afin d'être embauché par un grand cabinet new-yorkais, quand il décide de reconquérir Nina une amie d'enfance. Une véritable réussite. 
 
OPAC Détail de notice 
 
Stéphanie a lu à son tour "La rafle des notables" de Anne Sinclair. Après "21, rue de la Boérie" dédié à son grand-père maternel, Anne Sinclair se lance sur les traces de son grand-père paternel, emprisonné au Camp de Royallieu, près de Compiègne. Ce court texte est intéressant.
 
OPAC Détail de notice
 
Après avoir eu du mal à entrer dans le roman, Stéphanie s'est finalement laissée emporter par "Etés anglais", le premier tome de la saga des Cazalet et ses personnages attachants. L'atmosphère d'entre deux guerres est particulièrement vivante et réaliste.
 
OPAC Détail de notice
 
Annie a lu "Nouveau départ" le quatrième tome de cette même série et la trouve toujours aussi passionnante. Ce nouveau volume se termine avant les années cinquante. Vivement la suite qui malheureusement est encore en cours de traduction...
 
OPAC Détail de notice
 
 
 
 
 Mirentxu a aimé l'envoûtant "Les femmes n'ont pas d'histoire" de Amy Jo Burns, déjà présenté au club.
 
OPAC Détail de notice
 
Chantal a eu un véritable coup de coeur pour "2034", roman d'anticipation géopolitique de Elliot Ackermann et James Stavridis. Les Etats-Unis et la Chine s'engagent dans un bras de fer à propos de Taïwan. La troisième guerre mondiale est imminente, la menace d'une attaque nucléaire n'a jamais été aussi proche . La Chine contrôle toute la technologie des avions de chasse des puissances étrangères. Un pilote américain est déposé de force sur une base iranienne où il sera fait prisonnier. Très instructif, le roman fait froid dans le dos. Nul n'est besoin d'avoir des connaissances militaires ou géopolitiques pour apprécier ce roman facile à lire.
 
OPAC Détail de notice
 
 Florence s'est régalée à la lecture de "Les rivières pourpres".  Deux affaires occupent Pierre Niémans et Karim Abdouf, duo de policiers atypiques. La première est celle d'un cadavre retrouvé atrocement mutilé en zone montagneuse. La seconde concerne un petit garçon, dont la tombe a été visitée et dont les dossiers scolaires ont disparu. Excellent.
 
OPAC Détail de notice
 
Florence a eu un coup de coeur pour l'univers de George Eliot. Cette George Sand anglaise du 19ème siècle dépeint dans "Le moulin sur la Floss" (à emprunter par ReVOdoc) une famille dont le père possède un moulin. Sa fille, très intelligente est frustrée car elle ne peut aller à l'école. Sa seule perspective d'avenir, dans cette société où être femme n'est pas enviable, est le mariage. A cette situation désespérante s'ajoutent des déconvenues financières.
 
Florence a lu "Piste noire" de Antonio Manzini, roman policier ayant pour toile de fond une station de ski. Le commissaire Rocco Schiavone est antipathique à souhait. Très snob, il ne supporte pas sa nouvelle affectation en Val d'Aoste. Mais cela devient intéressant quand un cadavre est retrouvé écrasé par une dameuse. L'histoire est bien campée mais la fin est bâclée. (à emprunter par ReVOdoc).
 
Florence qui est une inconditionnelle de Bernard Minier a eu un coup de coeur pour "La chasse". Thriller intense et bien rythmé. Florence conseille également "Une putain d'histoire" (à emprunter par ReVOdoc) 
 
OPAC Détail de notice
 
 
Florence a été très déçue par le dernier titre de Annie Ernaux "Le jeune homme". Comme à son habitude Annie Ernaux nous livre ici un récit autobiographique. Elle y raconte l'aventure qu'elle a eue avec un jeune étudiant de trente ans plus jeune. Florence regrette l'aspect un peu froid de l'ensemble. Cela s'approche finalement plus d'une analyse sociologique sur le regard de la société sur ce couple non convientionnel que d'un roman. Les sentiments en sont absents.
 
OPAC Détail de notice
 
"Les choses humaines" de Karine Tuil a beaucoup plu à Florence. Une famille bourgeoise bien en vue, père journaliste politique, mère intellectuelle très en vue, est prise de plein fouet dans un scandale. La police débarque car il y a eu dépôt de plainte pour viol. 
 
OPAC Détail de notice
 
 
 Coup de coeur de Marie-Louise pour "De bonnes raisons de mourir" de Morgan Audic (à emprunter par ReVOdoc). Tchernobyl est un endroit dévasté peuplé de chiens et de loups. Un corps mutilé est retrouvé accroché à un immeuble en ruines. Deux enquêteurs sont sur l'affaire, l'un est de la police ukrainienne, le second est embauché par un oligarque, père du défunt. Le tout se déroule sur fond de trafic de métaux. Un thriller de haut vol bien documenté.
 
Maryse a lu à son tour et apprécié "La carte postale" de Claire Berest.
 
OPAC Détail de notice
 
Déception de Maryse pour "Connemara" de Nicolas Mathieu que Florence et Jean-François avaient aimé. L'auteur offre un diaporama de l'Est de la France bien trop foisonnant, comme si l'auteur avait voulu cocher des cases de thèmes à aborder : transfuges de classe, monde de l'entreprise avec mysoginie et harcèlement, la place qu'on occupe... Ce roman social et politique est beaucoup trop long, la narration n'est pas fluide et malheureusement, selon Maryse, les longueurs n'apportent rien.
 
OPAC Détail de notice
 
En revanche, Maryse a beaucoup aimé "Monument national" de Julia Deck. Un acteur, monument national du cinéma, est mariée avec une amie de sa fille, ancienne miss de beauté. Cette jolie femme est passionnée par Marie-Antoinette. Ils se font donc construire une demeure dans le style du Petit Trianon. Très riche, le couple ne vit que par l'image, entouré de personnel de maison. La narratrice est la fille adoptive de sept ans de ce couple. Particulièrement intelligente, la petite fille pose un regard affuté sur son entourage. Roman serré à l'humour acide.
 
OPAC Détail de notice
 
Maryse a également aimé le poétique "Hamnet" de Maggie O'Farrell (prochainement à la médiathèque). Angleterre victorienne. Un jeune homme, fils de banquier riche avec une belle position sociale s'entiche d'une femme de huit ans son aînée, connue pour ses talents de guérisseuse et son esprit libre. Les jeunes gens se marient et alors que la femme reste avec ses enfants à Stratford-upon-Avon, le père de famille est appelé à Londres pour son travail. Les deux enfants sont très liés. La peste va frapper la famille et menacer la petite fille. Ce roman sur le sacrifice, de la femme pour que son mari (Shakespeare ?) fasse carrière, du petit garçon par amour pour sa soeur, est lumineux. C'est également un roman sur l'amour maternel et le deuil. Très bien documenté, ce titre est une véritable réussite.
 
 
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir